UA-65298158-1

02/12/2009

Joëlle Kuntz souffrirait-elle d’amnésie ?

Dans un article relatif au résultat de la votation du 29 novembre 2009 pour l’interdiction des minarets, article publié mercredi 2 décembre 2009 dans « Le Temps » : « L’impression de participer » Joëlle Kuntz, que j’apprécie généralement pour son sérieux et sa compétence, écrit :

« Aucun Suisse n’est mort dans les cinquante dernières années directement à cause de l’islam. Aucun, à la connaissance du public, n’en a subi des dommages personnels graves. Alors pourquoi cette peur? »

Aucun Suisse vraiment ?

Joëlle Kuntz aurait-elle oublié le massacre de Louxor du 17 novembre 1997 devant le temple d’Hatshepsout en Egypte qui fit 62 victimes, dont 36 touristes suisses, massacrés par des terroristes islamistes ?

L’enquête diligentée alors par les autorités égyptiennes pour en identifier les auteurs s’est enlisée, et toute la lumière n’a pas été faite à ce jour. Cependant, aussitôt après l’attentat le gouvernement égyptien s’est empressé de rassurer la communauté internationale en accélérant une normalisation de la situation, ceci dans le but d’éviter une fuite des touristes étrangers dont l’apport en devises est indispensable à l’économie du pays.

En ce lendemain de la votation qui désormais interdit la construction de nouveaux minarets, on ne connaît pas encore les causes qui ont incité la majorité des électeurs à approuver cette initiative, l’ignorance, l’agacement ou la peur ?

A-t-on interrogé les parents et les proches des victimes suisses de ce massacre pour connaître leur avis, pour savoir si leur peur à eux est bien réelle ou seulement supposée, et si celle-ci les a influencés au moment de glisser leurs bulletins dans l’urne ?

Si la peur est mauvaise conseillère, on ne saurait toutefois stigmatiser ceux qui ont subi les traumatismes d’un attentat, ceux qui ont pleuré la perte d’un être cher, de n’avoir rien compris à l’enjeu de ce scrutin.

Certes me dira-t-on, mais que viennent faire les minarets dans l’évocation d’attentats et autres massacres tels que celui de Louxor, vieux de douze ans maintenant ? Rien, sauf qu'on aimerait bien entendre ceux qui financent ces minarets dénoncer ces mêmes attentats ...

Alors pourquoi vouloir stigmatiser cette peur ?

On peut très bien avoir voté contre cette interdiction de construire des minarets parce qu’on pense que cette initiative était stupide et inappropriée, tout en s’élevant contre cette amnésie qui ignore un massacre vieux de douze ans, mais qu’un bon nombre de Suisses n’ont quant à eux pas oublié !

 

23:24 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : minarets, joëlle kuntz | |  Facebook