UA-65298158-1

14/10/2011

Elections fédérales et listes exotiques

 

Comme tout un chacun, j'ai reçu récemment mon matériel de vote pour les élections fédérales du 23 octobre prochain. En consultant le fascicule des listes, je découvre avec étonnement certaines listes que je qualifierai d'exotiques, du fait qu'elles ne sont constituées que de candidats vivant à l'étranger.

 

Les citoyens suisses établis à l'étranger ont la possibilité de voter en Suisse depuis quelques années et mes propos ne visent nullement à leur contester ce droit.

Ce qui m'interpelle en revanche c'est la possibilité qui leur est offerte de siéger au Conseil national, la Chambre du peuple, c'est-à-dire d'être élu à Berne.

 

Il convient cependant de nuancer lorsque l'on parle de vivre à l'étranger, car si certains de ces candidats vivent en France voisine, à proximité immédiate de Genève, d'autres en revanche sont établis dans des contrées beaucoup plus éloignées, telles que l'Australie ou la Canada ...

Dans de telles conditions, on peut émettre de sérieux doutes quant à l'efficacité réelle de tels  parlementaires « hors sol ».

En effet comment ceux-ci pourraient-ils appréhender objectivement des problèmes spécifiquement liés à la vie en Suisse, tels que ceux des assurances sociales, notamment l'épineux sujet de la santé publique avec la couverture maladie et la planification hospitalière, les transports publics avec leur financement et leur planification, voire les finances fédérales dont les ressources proviennent essentiellement de la TVA et de l'IFD, impôts qui ne frappent que les personnes résidant en Suisse ?

 

Et puis les sessions parlementaires durent plusieurs semaines par années, sans parler des séances de commissions, qui impliquent une présence et de longs séjours à Berne.

Par ailleurs, il faut rappeler que le Parlement helvétique est un parlement de milice qui ne permet pas aux Conseillers nationaux et Conseillers aux Etats de vivre exclusivement de leur activité parlementaire, ce qui oblige les élus à conserver une activité professionnelle.

Dans ces conditions, comment envisager sérieusement le maintien d'une activité professionnelle ou des études à l'étranger, que ce soit à Sydney, au Canada, voire en Espagne ?

 

Une autre question se pose s'agissant des candidats possédant une double nationalité et exerçant déjà une activité parlementaire dans un pays étranger. Pour Genève, ces cas concernent essentiellement des Suisses possédant également la nationalité française, candidats aux élections cantonales ou élus dans des Conseils municipaux en France voisine. Comment peut-on objectivement défendre les intérêts nationaux de deux pays distincts, sachant que ces intérêts peuvent être divergents sur de nombreux sujets ? Est-ce bien cohérent ?

 

Paradoxalement, ces listes exotiques échappent aux orientations politiques traditionnelles gauche-droite. Ainsi « Les Verts » ont la leur, tout comme les socialistes, le PDC et, plus surprenant, l'UDC ! Surprenant du fait des prises de position de ce parti à propos des étrangers et de son initiative visant à « stopper l'immigration massive » ...

 

Pour conclure, je ne songe pas un instant à faire élire des Suisses de l'étranger, fussent-ils de France voisine, pour représenter mes intérêts à Berne. Ces listes exotiques ne me convainquent pas du tout !

 

Ne gaspillons pas nos voix et votons pour des candidats à même de défendre nos intérêts. Par conséquent votons pour des personnes reconnues pour leurs compétences et dotées d'une forte personnalité, pour des candidats domiciliés sur le territoire du canton de Genève.

Plutôt que de glisser une liste compact de parti dans l'urne, n'hésitons pas à biffer les candidats qui ne nous conviennent pas, par exemple ceux qui se représentent mais que l'on a guère entendus à Berne ou ceux qui sont alignés comme des petits soldats derrière la ligne dogmatique dictée par leur parti. Préférons la liste neutre à la liste de parti !

 

Mais le plus important est de voter, car la future législature s'annonce d'ores et déjà très importante. En effet, les défis que la Suisse devra relever sont nombreux. Parmi ceux-ci, je note la défense de la place économique de notre pays, la cohésion sociale, les assurances sociales, la politique énergétique, la sécurité intérieure, la politique extérieure dont la promotion de la Suisse à l'étranger fait partie, la mobilité et les transports publics, etc.

 

 

14:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : elections fédérales, genève, partis politiques | |  Facebook

Commentaires

Les politiciens qui mangent à tous les râteliers sont comme les moutons. Quand une auge est vide il vont s'approvisionner à une autre au lieu de faire en sorte que la première se remplisse à nouveau. Ils ne sont pas crédibles

Écrit par : L' Amer Royaume | 14/10/2011

D'accord avec vos thèses: oui, il faut voter. Mais sur qui peut-on compter pour choisir un Parti et des candidats ? Un citoyen examine le matériel de propagande reçu dans sa boîte aux lettres:

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=wf31Jw8dAHw

Qu'en pensez-vous à la ronde ?

Écrit par : Steve Bernstein | 15/10/2011

Je viens de recevoir la matériel de vote et suis placé devant l'embarras du choix car je ne connais pas tous les candidat(e)s que je suis censé choisir.

Et ce n'est pas ce conseiller en communication qui m'a beaucoup aidé à faire mon choix. Quelqu'un peut-îl m'aider ? J'aime la nature, je suis pour la libre entreprise, je suis favorable à la protection des plus faibles et je suis indépendant sur le plan professionnel, donc favorable à la libre entreprise. Que puis-je voter ?Merci de bien vouloir me faire des suggestions...

Lui - ce dessous - ne m'a RIEN apporté:

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=wf31Jw8dAHw

Écrit par : Hans Glockner | 15/10/2011

@ Steve Berstein :
@ Hans Glockner :

Merci de votre intérêt pour la démocratie !
En réponse à votre question, le site smartvote.ch vous aidera à faire votre choix. Il vous permettra de comparer vos préoccupations et attentes politiques à celles des candidats. Ce site est politiquement neutre. Il est très bien fait :

http://www.smartvote.ch/?lang=fr_CH

A Steve Bernstein : Je n'ai pas eu le temps de visionner le site que vous avez mis en ligne (youtube ...). Je vous répondrai plus tard !

Bien cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 15/10/2011

@Jean d'Hôtaux: bien d'accord avec les points soulevés / votre approche

Ce qui ressort de toutes ces listes "exotiques"
n'est que simple ambition opportuniste


1) ces listes sont toutes composées de résidents étrangers "binationaux",
dont le centre d'intérêt logiquement primordial est le pays de résidence d'origine (Australie, Angleterre, récent frontalier etc)

- Se prévaloir d'un rattachement à la Suisse par binationalité n'est pas une légitimation pour ce niveau de mandat

car il est très rapide d'obtenir une nationalité suisse à côté de sa nationalité d'origine (via mariage, grâce à 1 membre de famille CH, une période de résidence d'expate ou d'études en Suisse, etc)

>la binationalité qqch-suisse n'est pas un diplôme de culture suisse

>la binationalité d'un résident à l'étranger ne confère en soi aucune légitimité à l'accès à un mandat de conseiller sur le territoire Suisse


Quel racolage! Sont-ils tous piqués?! Avec de telles listes exotiques ou d'opportunistes,

- ce sont les PDC et leurs liste "suisses sans frontières", la Gauche qui se dit "ensemble" avec solidaritéS, une liste des "Verts transfrontaliers", qui s'allient avec le PS et le PdT (c'est quoi ça?)

- listes envoyées aux adresses que ces groupements ont obtenu des ambassades suisses et des listes électorales de Genève,

qui me font voter blanc cette fois
et rayer les inscrits de mes prochains votes

Écrit par : globalisé | 15/10/2011

@ Steve Berstein et Hans Glockner,
Vous avez la possibilité de créer vos propres listes en utilisant les "LISTE NEUTRE" se trouvant en dernière page des fascicules des liste pour l'élection au Conseil national et l'élection au Conseil des Etats.

Écrit par : Benoît Marquis | 15/10/2011

@ globalisé :

" 1) ces listes sont toutes composées de résidents étrangers "binationaux", ..."

Non, las candidats de ces listes ne sont pas TOUS binationaux, mais beaucoup le sont.

Que ces citoyens suisses résidant à l'étranger soient binationaux ou non, je persiste à penser que leur centre d'intérêt principal se trouve dans le pays de résidence. Par conséquent, je ne vois pas comment ils pourraient défendre à Berne les intérêts de Suisses résidant en Suisse ?

Il faudrait donc trouver une solution originale pour qu'ils puissent être représentés à Berne.

On pourrait par exemple créer un arrondissement électoral exclusivement réservé aux Suisses de l'étranger, une sorte de pseudo canton en quelque sorte, auquel on attribuerait un certain nombre des sièges.
La France et l'Italie procède ainsi me semble-t-il ?

Concernant la double nationalité, elle ne me gêne pas en tant que telle. C'est plutôt le fait d'avoir la possibilité d'exercer des mandats d'élus politiques dans deux pays distincts qui me semble aberrant.

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 15/10/2011

Il a été question d'instaurer la "5me Suisse", composée des suisses de l'étranger, proposition appelée par de nombreux votants et quelque temps soutenue par MCR, avant que son dpt n'abandonne le sujet.

Ce qui n'a rien à voir avec les binationaux composant ces listes transfrontalières, rarement suisses d'origine, souvent devenus nouveaux suisses ou ayant acquis la nationalité suisse en cours de carrière

et comme vous le dites /argument que je base sur le fondement de la légitimité à un mandat électoral sur le territoire,

légitimité à laquelle des binationaux dont les centres d'intérêts sont primairement ceux de leurs lieux de domicile principal ne peuvent prétendre

ce qui par ailleurs vient soutenir cette légitimation est un historique familial qui, de génération en génération de paiements d'impôts en Suisse, ancre la crédibilité des prétentions de tous ces would-be élus à l'accent anglais ou sud-américain ou que sais-je.

Et à contrario, un binational n'ayant travailler que quelques années sur Suisse ne peut être légitime à représenter les intérêts des suisses et résidents suisses au niveau d'un conseil.

Écrit par : globalisé | 15/10/2011

@ Steve Bernstein :

Merci pour votre lien. J'ai visionné cette vidéo et l'ai trouvée marrante juste avant ... la chute, lorsque je me suis rendu compte qu'il s'agissait d'une promotion pour Céline Amaudruz, présidente du l'UDC genevoise ...

Je ne voterai pas pour elle, mais j'admets que cette vidéo est bien faite, tout pour plaire aux Genevois "standards", dérision de la pub reçue, voix masculine, accent genevois, type râleur, etc.

PS : Juste une confidence :

Même si je ne voterai pas pour Céline Amaudruz, reconnaissons qu'elle est tout de même plus attrayante que son coreligionnaire André Reymond dont le bilan politique à Berne confine au Désert de Gobi !
Mais surtout n'en parlez à personne !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 15/10/2011

Les commentaires sont fermés.