UA-65298158-1

24/03/2013

La vignette et les populistes !

Les Chambres fédérales ont finalement tranché. La vignette autoroutière nous coûtera 100.- Francs par année à partir de 2015. Cette augmentation ne réjouit personne et comme il fallait s’y attendre, aussitôt annoncée celle-ci fait déjà l’objet du lancement d’un référendum. Il faut dire que tout ce qui touche à la voiture est très sensible et qu’il sera sans doute facile de récolter les 50'000 signatures requises dans un délai de 100 jours pour le faire aboutir, ceci grâce au soutien des lobbies nombreux et puissants du secteur. Par ailleurs le sujet est sensible, politiquement porteur et permet à la démagogie de s’exprimer. Il suffit pour s’en convaincre de lire les nombreux commentaires qui agrémentent l’article de la Tribune de Genève du vendredi 22 mars 2013. Chacun s’indigne, comme s’il agissait de réduire tous salaires de moitié, de doubler le prix du pain ou de couper l’eau courante sur les éviers genevois.

On omet de rappeler que depuis son année d’introduction en 1985, au prix de 30.- Francs, la vignette n’a été augmentée qu’une seule fois et que son prix n’a pas changé depuis 20 ans. Il est resté fixé à 40.- Francs.

 

Dans le projet du Conseil fédéral, le réseau des routes nationales sera étendu de 400 km, mais de cela les référendaires ne disent mot, ou alors ils se contentent de ne citer que quelques tronçons susceptibles de mieux servir leur cause, en bon populistes qu’ils sont.

 

Heureux peuple que celui qui peut se permettre de s’étrangler devant « un tel scandale » et même s’offrir une votation nationale sur le sujet. Diantre c’est que l’augmentation sera de 60.- Francs par année, c’est-à-dire 5.- Francs par mois, soit le prix d’un café à Zurich et probablement beaucoup moins que les frais de stationnement mensuel du Genevois moyen. Alors ne parlons même pas des probables augmentations du prix de l’essence, fixé par le marché et sur lequel la Confédération n’a aucune influence. Rappelons qu’en 1985, le prix moyen du litre d’essence « Euro 95 » en Suisse était de 1,24 Fr / lt. Aujourd’hui il est de 1,85 Fr / lt, ce qui représente près de 50% d’augmentation sur la période. S’est-on indigné de cette augmentation ?

 

Cinq francs par mois, cela représente aussi une augmentation de 7 ct par litre d’essence pour un automobiliste qui parcourt 1000 km par mois (le TCS table sur une moyenne de 18'000 km par année, soit 1'500 km / mois) et dont le véhicule consomme 7 lt / 100 km, à raison d’un prix de l’essence « Euro 95 » à 1,85 Fr /lt (prix de ce jour 22 mars 2013).

L’automobiliste suisse sait-il seulement ce que lui coûte sa voiture par mois ? Au bas mot 500.- Francs (amortissement du véhicule, entretien, assurance, taxe, vignette, essence, …),

cinq francs par mois représente donc à peine un pour-cent des frais mensuels consacrés à la voiture.

 

Le sujet passionne les foules, bien davantage que les récentes réflexions sur la Constitution genevoise ou les prochaines élections cantonales dont l’impact est pourtant beaucoup plus important dans la vie quotidienne des citoyens. Par conséquent il convient de savoir raison garder.

 

Pour se faire une idée, commençons par comparer le prix de la vignette suisse avec les prix  pratiqués à l’étranger. Voyons ce qu’il en est en France et en Autriche, pour une voiture normale.

 

France :

En France, pas de vignettes mais des péages qui augmentent pratiquement chaque année. Des augmentations sur lesquelles nos voisins français ne peuvent s’exprimer dans les urnes … On me rétorquera que ce système présente l’avantage de payer ce que l’on consomme réellement. Pour ma part je le trouve archaïque, outre le fait qu’il fait perdre du temps, sans même parler des arnaques sur le rendu de la monnaie, ce qui m’est déjà arrivé !

Contentons-nous simplement de relever certains tarifs pour 2013 (source : Portail des sociétés d’autoroutes françaises) :

 

Trajet Genève – Annecy (A41), ~ 40 km , tarif : 6.50 € (CHF 8.10)

Trajet Genève – Mâcon (A40), ~ 148 km , tarif : 15.60 € (CHF 19.50)

Trajet Genève – Lyon (A40-A42), ~ 150 km , tarif : 15.60 € (CHF 19.50)

Trajet Genève – Dijon (A39), ~ 260 km , tarif : 24.60 € (CHF 30.75)

Trajet Genève – Paris (A6), ~ 540 km , tarif : 43.50 € (CHF 54.40)

Tunnel du Mont-Blanc 11,6 km, tarif Aller : 40.90 €, Aller/Retour : 51.- € (CHF 51.10, resp. CHF 63.80)

 

Comme on peut le voir, un aller et retour Genève – Lyon ou Genève – Mâcon coûte aussi cher que le prix actuel de la vignette suisse. En 2015, un aller et retour Genève – Paris coûtera plus cher que le futur prix de cette même vignette.

 

Autriche :

Comme la Suisse, l’Autriche connaît elle aussi l’usage de la vignette, dont il existe plusieurs variantes selon la durée de validité. Exemples et prix pour 2013 :

 

Validité :

10 jours : 8.30 € (CHF 10.40)

2 mois : 24.20 € (CHF 30.25)

1 année : 80.60 € (CHF 100.75)

 

Toutefois il faut relever qu’en Autriche, plusieurs tronçons ne sont pas couverts par la vignette et font l’objet de péages spécifiques. Tel est le cas par exemple du franchissement du Tunnel de l’Arlberg (14 km) entre le Vorarlberg et le Tyrol, sur le parcours entre Zurich et Innsbrück par exemple.

Prix du passage du Tunnel de l’Arlberg : 9.00 € (CHF 11.25)

 

 

Si le référendum aboutit, les citoyennes et citoyens auront le dernier mot, osons espérer qu’ils sauront faire preuve de maturité et ne se laisseront pas charmer par les sirènes populistes. Quel qu’en soit le résultat, celui ne changera pas la face du monde, il donnera seulement au bon peuple l’illusion de son pouvoir, alors que les véritables problèmes sont ailleurs et d’une autre complexité.

 

 

Sources d’informations :

 

Les bases légales de la vignette autoroutière suisse sont disponibles ici : http://www.ezv.admin.ch/zollinfo_privat/informationen/004...

 

Principaux chantiers et projets sur les routes nationales, voir ici :

http://www.astra.admin.ch/autobahnschweiz/index.html?lang...

 

Prix annuels de l’essence – indices des prix à la consommation – OFS : Office Suisse de la Statistique :

http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/05/02/...

 

11:12 Publié dans Politique, Société - People, Suisse | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

Commentaires

Vous comparez ce qui est incomparable, les clauses de la construction de nos autoroutes furent payées d'une autre manière en Suisse.

Écrit par : Henry Rappaz | 24/03/2013

Excellent billet, Jean d’Hôtaux, car il fait valoir de bons arguments pour contrer l’objectif du référendum si celui-ci aboutit. Vos données chiffrées font parler la réalité.
Bien à vous.

Écrit par : Benoît Marquis | 24/03/2013

@ Henry Rappaz :

Bonsoir et merci de votre commentaire !

Incomparable, vraiment ?
Toute comparaison objective se fonde sur des chiffres. J'ai présenté les miens, ainsi que leurs sources. J'attends les vôtres !

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 24/03/2013

Bonsoir Monsieur Marquis,

Merci de votre commentaire et de votre appréciation.

Le référendum aboutira à coup sûr et comme vous le dites, la lutte sera dure tant il est difficile de convaincre avec des arguments rationnels sur des thèmes aussi émotionnels que celui-ci !

Bien à vous aussi !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 24/03/2013

Même un esprit pragmatique, cartésien et rigoureux n'a pas envie de suivre la démonstration jusqu'au bout. A moins d'être un matheux.
Pour frapper fort il faut aller droit au but avec des arguments simples, accessibles au plus grand nombre.
Je suggère de cibler sur l'affectation des taxes à la route et c'est bingo !
Mais ce n'est bien sûr pas l'objectif de nos parlementaires ni du CF.

Écrit par : Pierre Jenni | 24/03/2013

Bonsoir Pierre Jenni,

Pas vraiment surpris de votre réaction M. Jenni !
Mais pas de maths ici, que du rationnel, des chiffres et du bon sens (me semble-t-il ...).
Avec des arguments simples j'aurais eu l'impression de tromper mes lecteurs, de me moquer d'eux !

Merci de votre contribution.
Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 24/03/2013

Ce n'est pas parce que les automobilistes se font arnaquer dans les autres pays que cela doit arriver chez nous. En France les autoroutes devaient devenir gratuites une fois amorties. Mais elles ont été privatisées pour permettre à certaines personnes de s'assurer des profits sans aucun risque. Qui ne manqueront pas de renvoyer l'ascenseur. Les français n'ont aucune moralité. Il suffit de voir ce qui se passe aux pompes à essence. Même en plein jour.

Et dans votre démonstration, vous avez oublié l'Allemagne.

On dirait que vous n'aimez pas la démocratie à nous comparer à la France et à l'Autriche où les citoyens n'ont qu'à la fermer.

Écrit par : Johann | 25/03/2013

@ Johann :

Certes, j'aurais pu parler de l'Allemagne, ... mais aussi de l'Italie, n'est-ce ?

Le financement et l'entretien des autoroutes diffèrent selon les pays. Ils sont assurés pour l'essentiel par des taxes sur l'essence, en Suisse comme ailleurs. En Suisse le prix de l'essence soutient parfaitement la comparaison parmi les autres pays européens qui prélèvent eux aussi des taxes. Celles-ci ne sont d'ailleurs pas intégralement affectées à l'infrastructure routière.

Comparer les systèmes de financement et d'entretien des autoroutes entre les différents pays est très complexe, aucun n'étant semblable à l'autre. C'est une tâche qui dépasse de loin l'ambition de ce billet.

Si j'ai choisi la France et l'Autriche comme exemples, c'est simplement parce la première est à notre porte et applique le système à péage, alors que l'autre est notre seule voisine directe qui applique un système identique au nôtre : la vignette.

Quant à mon amour de la "démocratie directe", j'en ai fait l'éloge dans un précédent billet publié sur ce site en date du 5 septembre 2011 :

http://reveriesduncitoyenordinaire.blog.tdg.ch/archive/2011/09/05/democratie-directe-miroir-de-la-societe.html

Bien à vous !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 25/03/2013

La comparaison avec les autres pays a pour avantage de montrer qu'il n'y a pas qu'une façon d'aborder le problème.
Les chiffres avancés par M.d'Hôtaux sont, à mon avis, très intéressants.
Cet été, en Autriche, j'ai eu un vrai choc en devant ouvrir mon porte-monnaie à tout bout de champ, mais la vignette pour deux semaines n'était pas une mauvaise idée. Certes, nous n'en avons eu besoin que pour 24 heures, mais elle semblait avantageuse à côté des tronçons à péage.
Notre vignette à 40 francs est l'affaire du siècle pour les automobilistes européens de passage.
Nous sommes d'accord de payer nos médicaments bien plus cher que nos voisins, mais pas d'accord de payer davantage pour la vignette. Avec le budget que les Suisses ont pour acheter les plus grosses voitures possibles et qui consomment souvent bien plus que 7l/100km, il est certain qu'il ne reste plus de sous pour la vignette ! ;-)))
On a les indignations qu'on veut.

Écrit par : Calendula | 25/03/2013

@ Calendula :

" Avec le budget que les Suisses ont pour acheter les plus grosses voitures possibles et qui consomment souvent bien plus que 7l/100km, il est certain qu'il ne reste plus de sous pour la vignette ! ;-)))
On a les indignations qu'on veut. "

Effectivement, on est en droit de se poser quelques questions ...

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 25/03/2013

Que ce soit a propos de la vignette, de la taxe poubelle ou autre, le vrai referendum nécessaire serait a propos d'une limitation absolue de la quote part totale de l'état.

Qui a vu les impôts communaux diminuer avec l'introduction de la taxe poubelle ? quid de la taxe carburant sensé financer les routes vs la vignette à 100Frs.

Sans compter que depuis les années 70 la progression a froid n'a jamais été véritablement compensée.

Aujourd'hui même la classe moyenne intermediaire, par le biais du cumul des impôts directs, tva, taxes divers, et assurances sociales oscille entre 30% et 50% de prélèvement étatique sur le revenu. Mais la encore le citoyen moyen se trouve confronté a une alliance contre nature gauche-droite. C'est encore loin l'URSS ?

Écrit par : Eastwood | 29/03/2013

Les commentaires sont fermés.