UA-65298158-1

25/11/2014

Ecopop : Un coucher de soleil sur une mer de brouillard !

Un « coucher de soleil sur une mer de brouillard », c’est la première image qui me vient à l’esprit pour illustrer cette brutale transition économique si d’aventure l’initiative « Ecopop » devait être acceptée par le peuple et les cantons au soir du 30 novembre prochain.

Coucher de soleil sur mer de brouillard

Les dégâts infligés à l’économie suisse seraient sans doute énormes. L’horizon économique serait tellement bouché que les investissements fuiraient la Suisse. En effet, aucune entreprise ne peut survivre sans avoir une vision à moyen terme du cadre légal dans lequel elle exerce ses activités. Une économie saine nécessite un cadre juridique et fiscal stable, des relations sociales apaisées et des infrastructures qui répondent à ses besoins. Des conditions auxquelles « Ecopop » ne saurait satisfaire, tant ses conséquences sont imprévisibles.

C’est donc une question extrêmement importante à laquelle nous devrons répondre le 30 novembre prochain. Il s’agit de notre avenir et surtout de celui de notre postérité. Voulons-nous tenter une aventure en nous convertissant en gardiens de parc national, tout en laissant à d’autres, les non-résidents, la responsabilité de prendre les commandes effective de notre économie ?

 

Ardent partisan de la démocratie directe, je suis persuadé que le peuple est tout aussi éclairé que les hommes politiques censés le représenter, mais je suis tout aussi convaincu que ce même peuple doit faire preuve de responsabilité en faisant l’effort d’étudier à fond toute initiative qui lui est soumise. Cette responsabilité implique une réflexion à mener sur les conséquences et les effets pervers éventuels. Voter ce n’est pas se laisser emporter par la passion, c’est être comptable de l’avenir de son pays.

Le citoyen suisse détient un pouvoir énorme par rapport à ses alter égos des autres pays démocratiques. Il prend ses décisions en toute souveraineté en engageant l’avenir du pays. S’il se trompe, c’est à lui-même qu’il devra s’en prendre, car ici pas de bouc émissaire, pas de Président, ni de Premier ministre, réceptacles de tous les maux et des aigreurs de la rue.

Pourtant lorsque je lis certains arguments de citoyens favorables à « Ecopop » relevés sur les blogs ou les commentaires d’articles de presse, je frémis.

Bien sûr qu’on a le droit d’être pour « Ecopop » - comme le titrait Pascal Décaillet dans l’un de ses derniers billets -, ceci au même titre que chacun a le droit de se suicider si bon lui semble. Le problème ici c’est qu’il ne s’agirait pas d’un suicide individuel, mais collectif. L’histoire nous enseigne que d’autres civilisations sont allées jusqu’à cette extrémité.

Car c’est en effet d’une remise en question fondamentale de tout l’édifice suisse dont il s’agit, un édifice patiemment construit au cours des années. Un édifice économique et social posé, un cadre de vie dont nous pouvons être fiers. L’écrire n’est pas faire preuve d’arrogance ni de chauvinisme.

Bien sûr que tout n’est pas parfait, cela va de soi, mais il suffit de constater l’attractivité qu’exerce notre pays sur nos voisins pour prendre la mesure de notre bien-être.

 

Finalement la question qui nous est posée par « Ecopop » est une réflexion qui ne peut être soumise qu’à des nantis. Dans quel autre pays au monde prendrait-on le risque fou de se saborder avec le chimérique espoir de retrouver les images bucoliques de son enfance ?

Commentaires

Stéphane Montabert dans son billet sur ce sujet concluait que les dégâts que provoqueraient Ecopop seraient inférieurs à ceux que provoquerait la continuation de la politique actuelle d'invasion de la Suisse par les masses européennes ou extra-européennes. Je partage cet avis. Entre deux maux, il faut choisir le moindre. Si Ecopop ne passe pas, n'oubliez pas que ce pays est soluble dans l'Europe. Vu ce qu'est l'Europe, ce serait bien dommage...

Et n'oubliez pas que les gens déjà là peuvent rester sans problème, et que 17'000 personnes par an, c'est déjà le double de ce que nous promettait le CF...

Écrit par : Géo | 25/11/2014

Que ceux qui peuvent remplir les verres d'eau à raz bord, sans que cela déborde, viennent nous en faire la démonstration. Pour l'heure le bon sens c'est de stopper l'inondation et de la maitriser avant qu'il ne soit trop tard!
Notre pays mérite qu'on le préserve et qu'on le RESPECTE!

Écrit par : Corélande | 25/11/2014

Merci de votre commentaire Géo !

Je viens de lire le billet de Montabert sur Ecopop et ne partage bien évidemment pas ses conclusions.
Les remèdes préconisés par Ecopop pour traiter l'embonpoint dont souffre la Suisse est pire que le mal, bien réel j'en conviens.
C'est un leurre que de croire par exemple qu'on pourrait stopper l'immigration en fermant les frontières :

" La Suisse serait forcée de se doter à nouveau d'une police des frontières digne de ce nom.... " (Montabert dixit)

La pression migratoire est énorme et celle-ci résulte simplement - tragique à l'écrire aussi crûment - des guerres, notamment civiles qui sévissent à proximité de notre continent, par la pauvreté, le sous développement, la corruption, l'absence de scolarisation, etc., ceci en Afrique notamment, un sujet que vous connaissez beaucoup mieux que moi et pour avoir été coopérant dans ces pays, vous en connaissez la culture.
En prétendant par exemple vouloir les résoudre, même partiellement à l'échelle suisse, Ecopop se fourvoie totalement car c'est par le biais d'une solution prise à l'échelle européenne, voire mondiale, qu'il faudrait agir en donnant de l'espoir à ces populations. C'est en combattant la corruption, la polygamie, le népotisme, la captation des richesses, en instaurant la démocratie, l'Etat de droit et la justice sociale que nous y arriverons. Mais cela prendra du temps, beaucoup de temps, car ce sont les mentalités qu'il faut changer.

Pensez-vous réellement qu'une "police des frontières" serait à même d'empêcher des migrants de prendre des risques inconsidérés ? Regardez ce qu'il se passe entre la Libye et Lampedusa, sur les clôtures des enclaves de Melilla et de Ceuta, à Calais, etc.

Avec ou sans Ecopop, cette pression migratoire s'amplifiera au fil des années, ceci en fonction du fossé économique nord-sud qui se creuse et de l'instabilité politique et sociale. C'est donc d'une solution coordonnée à l'échelle de l'Europe dont nous avons besoin.

L'immigration, un vaste débat pour un problème urgent dont les autorités européennes (Suisse incluse) seraient bien inspirées de se saisir avant d'être mises devant le fait accompli. Mais n'est-ce pas déjà trop tard ?

Encore un mot pour répondre à votre remarque :

" Et n'oubliez pas que les gens déjà là peuvent rester sans problème, et que 17'000 personnes par an, c'est déjà le double de ce que nous promettait le CF... "

En avançant ce chiffre de 8000 à 9000 personnes par années (ALCP), le CF s'est probablement basé sur des chiffres qui lui ont été fournis de bonne foi par des économistes et des démographes. Je pense qu'il serait malhonnête, mais surtout hypocrite, de lui en faire aujourd'hui grief, car le CF n'est pas un phénix et c'est bien le peuple suisse qui s'est déterminé souverainement en faveur des accords bilatéraux dont l'ALCP fait partie. C'est aussi à lui (au peuple ...) d'en assumer les conséquences.
Reprocher au CF de s'être trompé dans ses prévisions, c'est un peu comme ceux qui aujourd'hui en France, reprochent à Hollande de n'avoir pas tenu ses promesses d'inverser la courbe du chômage, sauf qu'en Suisse où "l'homme providentiel n'existe pas", c'est bien le peuple qui prend les décisions. La souveraineté ça a un prix : la responsabilité !

Bonne journée à vous !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 25/11/2014

La plupart des Suisses - de papier (30%) ou les autres, ceux qui ont une culture d'ici - ayant déjà voté, il ne nous reste plus qu'à attendre les résultats au 30 novembre. La liquidation de la Suisse que signifierait un échec d'Ecopop à vrai dire ne m'empêche pas de dormir, je n'ai pas d'enfants. Mais ce sera un recul de la civilisation. L'Empire européen sous domination franco-allemande est un rouleau compresseur, une machine à broyer les cultures pour en faire sortir un brouet infâme, exactement comme leurs idéologues désirent à tout prix un métissage des populations. Les prises de position sur la problématique Ukraine - Russie en sont un parfait exemple. Et le seul bénéficiaire de cette politique sont les USA, pas les Européens. Vous aurez le temps de constater tout ça, mais ça sera plus rapide que vous l'imaginez...

Écrit par : Géo | 25/11/2014

C'est dense. Il y aurait tant à dire...
Tout d'abord, il me semble que, de nos jours, plus aucune décision ne devrait pouvoir se prendre au niveau national, tant le monde est devenu un village.
Les trois objets soumis au scrutin de dimanche mériteraient une approche globale, mais nous ne disposons pas (encore) d'un outil de gouvernance mondiale. Et si l'on observe la réticence des Suisses, pourtant parmi les mieux éduqués, à se conformer au droit international, on peut douter qu'un tel organe prenne un jour place.

En se trompant, le CF a trompé le souverain qui n'a pu se prononcer en connaissance de cause. La responsabilité individuelle n'implique pas une telle sagesse et les citoyens doivent pouvoir faire confiance dans leurs représentants, surtout sur des objets aussi pointus.

Oui, nous sommes privilégiés et nous avons des problèmes de nantis. Mais qu'est-ce à dire ? Culpabiliserons-nous ou, au contraire, tenterons-nous de tracer un chemin qui ne se limiterait pas à faire de la comptabilité et continuer à surfer sur notre habileté à prospérer indéfiniment au détriment des autres.

Serait-ce de l'arrogance ou du courage que d'explorer d'autres manières de vivre parce que nous touchons aux limites d'un capitalisme financier qui, par ses excès, se saborde en emportant le monde dans sa déchéance et sa ruine.

Comment peut-on encore promouvoir la croissance infinie et débridée dans un monde aussi petit que le nôtre dont les ressources naturelles commencent déjà à manquer ? Comment osons-nous fustiger les pays émergents et émergés qui voudraient accéder à notre niveau de bien-être en exploitant chaque petit recoin du globe ?

Tout le monde dit que Ecopop pose de bonnes questions. Mais je n'ai encore vu personne proposer un semblant de solution. Et pour cause, la prise de conscience doit être globale. La Suisse, par son vote, permettra au moins le débat. Elle risque de payer un certain prix à son audace, mais pour une fois qu'elle prendra des risques, on ne va pas lui en vouloir.

Et, sait-on jamais, puisque les conséquences sont si incertaines, peut-être aurons-nous la surprise de découvrir que nous aurons été des pionniers, des explorateurs des temps modernes, qui auront activement participé au changement de paradigme en accélérant la prise de conscience planétaire.

Écrit par : Pierre Jenni | 25/11/2014

"Les dégâts infligés à l’économie suisse seraient sans doute énormes."

Sans doute, sans doute. En fait vous n'en savez strictement rien et vous ne faites qu'exprimer votre peur viscérale et irrationnelle. Votre peur de perdre votre confort, et après on vient nous dire que les égoïstes ce sont les partisans de l'initiative. Le monde à l'envers, OUI!

Écrit par : Johann | 25/11/2014

"Reprocher au CF de s'être trompé dans ses prévisions, "

Là on sent très bien en prenant cet exemple que vous avez déjà trouvé un moyen de vous dédouaner, au cas où vos prévisions catastrophistes ne se réaliseraient pas. Sauf que c'est pas bien de mentir ou de prétendre savoir alors qu'on ne sait rien.

Écrit par : Johann | 25/11/2014

@ Tous :

Merci à tous les intervenants !

@ Géo : Je ne vois pour ma part aucune "liquidation de la Suisse" en cas de non à Ecopop, ni d'ailleurs de "recul de la civilisation" (?) . Ce que vous appelez "un rouleau compresseur franco-allemand" n'est pour l'heure qu'un attelage qui tire à hue et à dia. On le voit avec le budget français retoqué maintes fois à Bruxelles et contesté aujourd'hui encore sous la pression allemande.

@ Corélande : L'initiative Ecopop suscite un débat politique et c'est bien normal. Où donc voyez-vous un quelconque manque de respect de la Suisse dans un tel débat ?

@ Pierre Jenni : Merci pour votre long et intéressant commentaire qui mériterait un billet à lui seul, tant il soulève de problèmes.
Oui effectivement les trois objets soumis au vote du 30 novembre mériteraient un traitement global car ils sont universels, mais ils sont complexes tous les trois.

Les réserves d'or de la BNS constituent un sujet très technique et accepter cette initiative entraverait considérablement le champ d'action de la BNS que le législateur a voulu indépendante du pouvoir politique par le mandat qu'il lui a confié, ceci par le biais d'une loi spécifique (la LBN).

Pour en revenir à l'objet dont il est question ici : Ecopop, je ne pense pas qu'on puisse dire que le CF a trompé - tout au moins pas délibérément - le souverain en indiquant ce chiffre de 8000 à 9000 s'agissant de l'accroissement annuel de la population imputable à l'immigration. Les effets de l'ALCP sur l'économie ont simplement été sous-évalués, peut-être par prudence ? On ne peut pas jeter la pierre au CF car l'économie n'est pas une science exacte et on le voit bien à travers les résultats des finances publiques, tant fédérales que dans les cantons, par rapport aux budgets. Une petite variable peut avoir de grands effets.
Vous parlez "d'objets pointus", certes, mais c'est un peu la rançon de la démocratie directe qui nous contraint en tant qu'électeurs à nous pencher à fond et à étudier les causes les plus complexes. La complexité tend d'ailleurs à croître au fil des années. La question qui se pose dès lors est celle de savoir si nous devrons à terme renoncer à la démocratie directe. Pour ma part je ne le souhaite pas, car - au risque de me répéter - je suis convaincu que les citoyens sont tout aussi éclairés que les politiciens censés les représenter.
Après tout chaque peuple a la démocratie qu'il mérite. Il faut l'assumer ...

@ Johann : Vous rebondissez sur l'un de mes commentaires :
"Les dégâts infligés à l’économie suisse seraient sans doute énormes."
En écrivant que je n'en sais "strictement rien".
Or il va de soi qu'accepter l'initiative Ecopop ne va en tous les cas pas dynamiser l'économie suisse, mais au contraire la plomber, c'est une évidence ! En privant une économie de moyens, vous la tuez.
Pour le reste, parler de "perdre mon confort", ferait éclater de rire ceux qui me connaissent, moi et "mon biotope" ... Merci pour cette franche partie de rigolade !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 25/11/2014

"Or il va de soi qu'accepter l'initiative Ecopop ne va en tous les cas pas dynamiser l'économie suisse, mais au contraire la plomber, c'est une évidence !"

Non. Vous ne démontrez rien. Et avec ou sans Ecopop l'économie est plombée, car tout le système actuel repose sur une croissance continue qui ne peut pas être infinie dans un monde fini. Plus tardivement nous changerons de système plus ce sera difficile et plus dure sera la chute. Il est plus que temps d'appuyer sur le frein pour maîtriser notre avenir et celui de nos enfants, et ne pas reporter tous les problèmes sur eux. Mais évidemment quand on n'a pas d'enfants...

Ah bon, vous vivez dans une grotte? Sans électricité? Suis-je bête vous avez au moins un ordinateur... et surtout le temps, beaucoup de temps à passer devant l'écran d'icelui... dans une chambre chauffée... le ventre bien plein... alors oui, moi aussi je peux rire!

Écrit par : Johann | 25/11/2014

Puis-je vous demander si vous mettez tout de même une limite à l'immigration ? Le cas échéant, où se situerait-elle ?

10 millions de personnes dans ce pays ? 12 ? 15 ? Sachant que moins que la moitié n'est habitable ? Ne trouvez-vous pas légitime que certaines personnes considèrent que 8 millions sont assez ?

J'attends votre réponse avec intérêt, car j'aime le côté interactif de votre blog, chose que j'ai faite moi aussi avec le mien.


PS : Pour qui soupèserait encore son vote, appelez Danijol WordPress et vous aurez quelques lignes en faveur du texte, dans cette marée contre.

Écrit par : Danijol | 25/11/2014

les paradoxes du monde actuel ont de quoi faire sourire quand on sait les nombreux textos ou messages de soutient envoyés lors de révolutions en pays Arabes ou ailleurs .
Ensuite ceux-là mêmes qui ont pris parti pour les plus malheureux sont parmi ceux craignant un trop plein d'immigrés ?on ose à peine sourire de l'incongrualité des nombreux participants à cette mise en scène qu'est Ecopop
Surtout quand on sait les attaques perfides de certains envers le nucléaire qui a été mis en route pour endiguer les maladies pulmonaires liées au poussières de charbon qui avaient fait un nombre incalculable de victimes sans compter que le temps pressait,ils venaient tous pour beaucoup de vivre deux guerres
Et quand on sait les méfaits du virtuel sur la santé et continuer de vanter ces gadgets pour le bien être de tous,c'est vraiment la preuve que ceux qui veulent tout faire pensant tout solutionner ne font guère mieux que ceux qu'ils accusent d'avoir créé des centrales* dangereuses*

Écrit par : lovsmeralda | 26/11/2014

Quand on veut être bien dans sa vie on commence par se respecter. De même que l'on respecte les autres, les institutions, le pays qui nous a vu naître ou qui nous a accueilli. C'est comme cela qu'une communauté peut fonctionner! Inutile de vous mettre en parallèle les évènements actuels à Ferguson/USA.
Le bel exemple est venu de nos champions du monde de tennis! De l'humilité, mais on fait ce que l'on doit et l'on veut; avec les moyens du bord.....et on gagne!

M. d'Hôtaux le débat sur le sujet n'est pas qu'analytique ou économique, il concerne aussi des valeurs humaines pour la grande majorité des Votants.

Écrit par : Corélande | 26/11/2014

Jean d'Hôtaux@ "Géo : Je ne vois pour ma part aucune "liquidation de la Suisse" en cas de non à Ecopop, ni d'ailleurs de "recul de la civilisation" (?) . Ce que vous appelez "un rouleau compresseur franco-allemand" n'est pour l'heure qu'un attelage qui tire à hue et à dia."

Dans les Observateurs, Ueli Windisch s'explique sur ce qu'il aurait pu dire s'il avait été invité à Infrarouge avec Zemmour (contre Zemmour, plutôt...):

"En premier lieu, mon attachement à la Suisse, pour lui c’est à la nation française ; j’aurais souligné l’absolue nécessité d’entretenir et de cultiver les caractéristiques nationales de chaque pays et le danger de vouloir faire table rase des spécificités nationales en affirmant constamment la fin des souverainetés nationales et en glorifiant inconditionnellement et exclusivement l’international, l’UE ( qui n’a rien à voir avec l’Europe), la mondialisation, et en affirmant, comme l’inénarrable commissaire européenne V. Reding que les Parlements nationaux n’ont plus rien à dire ou presque !"

Il suffit de calculer quand la population suisse sera totalement remplacée par des gens d'autres cultures à raison d'un taux de 1% d'augmentation de population du exclusivement à ces apports externes. Bien entendu, à observer la France et ses dix à vingt millions de néo-Français musulmans, le phénomène est essentiellement urbain. Mais vous voyez le résultat et la différence entre la France de de Gaulle et l'actuelle...

Les villes dominent de plus en plus la politique et ce n'est pas par hasard que les larbins universitaires de cette pensée considèrent le Plateau suisse comme une seul ville...

Et il suffit de lire la presse ou écouter les médias pour constater qu'ils sont totalement alignés sur l'idéologie anti-identitaire nationale...

Le recul de la civilisation est évident en France, non ?

Écrit par : Géo | 26/11/2014

Et vous aurez une parfaite illustration de mes dires si vous écoutez le discours de M.Casadessus, prof de Fribourg, dans l'émission "Tribus" de la RTS 1ère qui vient de s'achever (11h30). Y compris l'assertion que les partis populistes sont d'extrême droite selon lui...
L'UDC d'extrême droite ? Comment désigne t-on le Bloc identitaire, Blood of honour (pas sûr du nom...) et autres néo-nazis ?
Pensez-vous qu'il soit innocent qu'un prof d'Uni spécialisé sur la question (rendre la Suisse compatible avec l'Empire...)utilise cette terminologie ?

Écrit par : Géo | 26/11/2014

@ Johann :

" Mais évidemment quand on n'a pas d'enfants... "
Donc si je vous entends bien, vous n'avez pas d'enfants ? Moi j'en ai et je ne souhaite pas qu'ils doivent se reconvertir en gardiens de parc national ...

Pour le reste, je ne souhaite pas me soumettre à la séance de strip-tease que vous cherchez à m'imposer !

@ Danijol : Bonjour !

J'irai visiter votre site, c'est promis, même si je ne partage pas votre position à propos d'Ecopop.
A votre question :
" Puis-je vous demander si vous mettez tout de même une limite à l'immigration ? Le cas échéant, où se situerait-elle ? "

Je ne pense pas que l'on puisse comme ça définir une limite, un nombre, car je crois plutôt au bon sens des gens et à l'auto-régulation. Cela dit j'admets bien volontiers que l'initiative Ecopop est un signal, sans quoi nous ne serions pas appelés à nous prononcer. Toutefois les remèdes préconisés par Ecopop sont un leurre, car utopiques.
Cordialement !

@ lovsmeralda :

Merci de votre visite et de votre commentaire ... dont j'ai retiré le "frère siamois" ! ;o)

@ Corélande :

" M. d'Hôtaux le débat sur le sujet n'est pas qu'analytique ou économique, il concerne aussi des valeurs humaines pour la grande majorité des Votants. "

Mais je partage tout à fait cela et suis persuadés que les partisans d'Ecopop sont pétris de valeurs patriotiques. Mais je pense qu'ils se trompent de solution.
Cordialement !

@ Géo :

Je ne visite guère le site d'Ueli Windisch (Les Observateurs), mais j'irai par curiosité, lire son billet sur Zemmour à Infrarouge.
A propos de cette émission d'hier soir, j'en ai raté le début, mais il faut dire que Zemmour m'exaspère, tant il est excessif. C'est un provocateur et je suis même persuadé qu'il s'est tellement enferré dans son rôle d'ortie urticante qu'il ne peux plus en sortir. C'est devenu son gagne-pain, très bien rétribué. Ce rôle d'agitateur fait recette en France, pour des raisons culturelles mais aussi sociales, j'en conviens. Transposé à la Suisse, habituée à un dialogue beaucoup plus rationnel que passionnel, ça ne fonctionnerait pas.
Bref, je n'achèterai pas le dernier livre de Zemmour, pas plus que celui de Trierweiler d'ailleurs ...

Quant à votre question :
" Le recul de la civilisation est évident en France, non ? "
Je ne suis pas certain que l'on puisse parler de "recul de civilisation", mais plutôt de grands changements sociaux au cours des années et d'une société très clivée : clivage social, clivage géographique, clivage culturel, etc.
Parler de "recul de civilisation" implique que notre civilisation occidentale serait la norme et que toutes les autres devraient s'y référer. En Europe, oui, mais ailleurs ce serait faire preuve d'arrogance.
Si je suis attaché à cette civilisation occidentale en Europe parce que j'y retrouve mes valeurs, j'admets qu'il en existe d'autres sans les dénigrer pour autant. Je souhaite simplement que l'on respecte en Europe les valeurs judéo-chrétiennes, la démocratie, l'Etat de droit, l'égalité homme-femme, la laïcité, etc.
Donc parler de "recul de civilisation", le terme ne me semble pas approprié, sauf pour Zemmour qui veut vendre son bouquin !

Bonne journée !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 26/11/2014

" la France et ses dix à vingt millions de néo-Français musulmans, "


!

Écrit par : Plouf Ploufovitch | 26/11/2014

Plouf Ploufovitch@ Vous êtes tellement sûr de votre vision du monde que ! suffit ?
Et à part ça, que Jean d'Hôtaux publie ce genre de chose, cela fait un peu bizarre au niveau du respect de ses lecteurs...

Écrit par : Géo | 26/11/2014

Les conséquences en cas d'acceptation de cette initiative pourraient aller beaucoup plus loin, soit jusqu'à une scission de la Suisse actuelle. Si les Romands votent contre et la partie alémanique pour, il se pourrait que certains cantons romands demandent leur indépendance, à l'instar de Genève. L'immigration est vitale pour l'économie genevoise.

Écrit par : Ardisson | 26/11/2014

@ Géo :

Géo, "Plouf Ploufovitch" ne fait que reprendre (copier/coller) une portion de phrase que vous avez postée dans l'un de vos commentaires antérieurs ?
Certes il aurait pu commenter vos propos (exagération du nombre ....), mais pourquoi l'aurais-je censuré ?
Je ne vois pour ma part aucun irrespect de mes lecteurs en laissant passer ce commentaire ???

A propos de M.Casadessus, je n'ai pas écouté l'émission en question.

@ Ardisson :

Je ne vois pour ma part aucun risque de sécession de la Suisse en cas d'acceptation d'Ecopop. En effet, en 1992 lors de la votation sur l'Espace Economique Européen, un objet très important pour la Suisse, il n'y eut aucune tentative de sécession malgré un clivage très net entre les deux principales régions linguistiques du pays ("Röstigraben") sur cette question.

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 26/11/2014

@ Géo : Bah vous savez, bientôt les profs d'uni nous diront que le PLR est aussi d'extrême droite mdr. Les conneries qu'il ne faut pas entendre...

Et d'ailleurs, souvenez-vous du Pleureur en chef post 9 février, c'était qui...?

Cela dit avec les délires de Levrat & Co, il ne faut plus s'étonner de rien.

Écrit par : JDJ | 28/11/2014

Les commentaires sont fermés.