UA-65298158-1

mobilité

  • Pour le raccordement du « Léman Express » à la gare de Genève-Aéroport

    • Léman Express Cornavin1500x500.jpg

    Lire la suite

  • Titre : « Débat public sur le Projet d’extension de la gare de Genève-Cornavin »

    Participez au débat public du projet d’extension de la gare de Genève-Cornavin !

    Date et heure : vendredi 27 septembre 2019, 18:15 – 19:00.

    Lieu : Université de Genève / Uni Mail, 40 Boulevard du Pont-d'Arve Auditoire : MR280

    https://t.co/LfPTdpugtA?amp=1

     

    À propos de cet événement

    L’extension de la gare est un enjeu capital pour Genève, et nous sommes tou.te.s concerné.e.s. C’est pourquoi L’INFORMATION IMMOBILIÈRE organise une table ronde consacrée à l’alternative débattue (agrandissement de Cornavin ou contre-projet bouclement Cointrin – Bellevue), le 27 septembre 2019, de 18h15 à 19h, à Uni Mail.

    Quels sont les avantages et inconvénients de l'agrandissement de la gare de Cornavin ? Combien coûtera le projet ?

    Programme

    18h15 Accueil et présentation des intervenants

    18h20 – 18h40 Débat

    18h40 – 19h00 Débat entre les intervenants et la salle

    19h00 Remerciements et apéritif dînatoire

    Intervenants

    Pour défendre le projet d’agrandissement de Cornavin : 

    Mme Michèle Künzler, ancienne conseillère d’État écologiste et M. Jacques Blondin, député au Grand Conseil.

    Pour le contre-projet, bouclement Cointrin – Bellevue, dite « Boucle de l’Aéroport » :

    1. Rolin Wavre, député au Grand Conseil et M. Rodolphe Weibel, ingénieur retraité.

    Modérateur : Thierry Oppikofer.

    Genève et son agglomération méritent un plan de mobilité performant. Nous vous attendons nombreux.ses et comptons sur vous pour relayer ce rendez-vous auprès de vos réseaux !

    La participation est gratuite, mais l’inscription obligatoire. S’inscrire par le biais du lien :

    https://t.co/LfPTdpugtA?amp=1

  • L’Orpheline du Léman Express

     

    Ça pourrait être le titre d’un roman et pourtant ça ne l’est pas. Moins drôle, il s’agit de l’invraisemblable ratage conceptuel du réseau ferroviaire genevois.

     

    L’orpheline de l’histoire c’est la gare de Genève-Aéroport, seconde en importance du canton. Orpheline en devenir, car cette gare ne sera pas desservie par le Léman Express lorsqu’il sera mis en service le 15 décembre prochain. Et Genève-Aéroport risque fort, et pour longtemps encore, d’être boudée par le Léman Express. En cause, la capacité insuffisante de cette gare, d’ores et déjà saturée qui ne peut en l’état accueillir plus de trains. Elle en accueille actuellement huit à l’heure au maximum. Cette sous capacité découle de la configuration du réseau ferroviaire.

    Genève-Aéroport est en effet une gare en impasse. Cette situation oblige par conséquent les trains qui y accèdent d’effectuer des manœuvres pour pouvoir repartir en direction de Cornavin. Ce faisant, ils en bloquent momentanément l’accès.

     

    Cette configuration en impasse de la gare n’était pas censée perdurer. En effet, lors de la conception de la ligne ferroviaire Cornavin – Aéroport, dans les années 1980, il avait été prévu de désenclaver l’Aéroport en rendant sa gare traversante pour la raccorder à la ligne de Lausanne. Cette vision des années 1980 est attestée par l’architecture de la « Halle 6 » de Palexpo, conçue pour libérer les surfaces et le volume requis afin de les réserver en faveur du réaménagement ferroviaire de Genève-Aéroport. Les piliers de soutènement de cette halle, bien visibles depuis l’autoroute et plus encore par les usagers du parking CFF, en témoignent. Tout ceci est corroboré par une interview accordée en 1987[1] par feu Jean-Philippe Maître, alors Conseiller d’Etat, à André Crettenand, journaliste au Journal de Genève.

     

    L’infrastructure du réseau ferroviaire est planifiée longtemps à l’avance. A Genève cette planification fait l’objet d’une loi, la « LRTP » (Loi sur le Réseau de Transports Publics) à laquelle est annexé le « Schéma directeur du réseau sur rail ». Celui-ci vient d’être modifié et mis l’enquête public[2] par l’OCT (Office Cantonal des Transports). Il sera soumis prochainement à la procédure parlementaire pour le faire approuver par le Grand Conseil. Du moins l’espère-t-on en hauts lieux. Or que découvre-t-on dans cette modification ? On y découvre que le concept de la vision 2014 de l’OCT, qui prévalait encore jusqu’à ce jour a été abandonné. Ce concept consiste notamment à décloisonner Genève-Aéroport en raccordant cette gare en son extrémité Est par une boucle pour rejoindre Cornavin (en rouge, à droite sur le schéma ci-dessous). Cette vision a été abandonnée, de même que la bretelle ferroviaire qui permettrait pourtant de raccorder facilement la ligne de Bellegarde à celle de l’Aéroport à Blandonnet (en rouge, à gauche sur le schéma ci-dessous).

    ceva,léman express,mobilité,transports publics,oct,schéma directeur réseau sur rail,genève-aéroport,cornavin,boucle de l'aéroport

     

    - 1 : « Schéma directeur du réseau sur rail » Vision 2014 de l'OCT (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

     

    A cette vision 2014 de l’OCT, « GeReR » propose simplement d’ajouter une bretelle, tangentiellement à la boucle décrite ci-dessus, et de la raccorder à la ligne de Lausanne entre Les Tuileries et Genthod (en rouge sur le schéma de l'image 2 ci-dessous). Cette modification, relativement mineure, permettrait la réalisation du concept Weibel à moindre coût. Un coût global de 5 à 6 fois inférieur à l’usine à gaz que prépare l’administration cantonal par le biais de la nouvelle version du Schéma directeur pour des prestations supérieures à ce dernier. Cherchez l’erreur !

     

    Selon le concept Weibel, Genève-Aéroport devenue ainsi gare traversante verrait sa capacité triplée passant à 24 trains à l’heure. Elle serait ainsi accessible au Léman Express, aussi bien depuis Coppet, que depuis Bellegarde. Elle le serait également pour tout autre train en provenance et à destination de Lausanne, respectivement de Bellegarde.

    Ce concept permet de surcroît d’envisager sans attendre, la construction d’une halte ferroviaire à Châtelaine, sous le Pont de l’Ecu.

     

    ceva,léman express,mobilité,transports publics,oct,schéma directeur réseau sur rail,genève-aéroport,cornavin,boucle de l'aéroport

    - 2 : « Schéma directeur du réseau sur rail » Vision GeReR (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

    L’Association « Genève Route et Rail » s’oppose à la nouvelle version du « Schéma directeur du réseau sur rail » mis en consultation. Elle a déposé à cet effet sa prise de position et son argumentation auprès de l’OCT[3].

     

    Ainsi le 15 décembre prochain, le Léman Express desservira 45 gares réparties sur les 230 km de son réseau, mais la seconde gare en importance du canton sera laissée-pour-compte. Les habitants du « Grand Genève », terme dont on se gargarise tant, qui l’emprunteront avec l’intention de se rendre à l’Aéroport pour y prendre l’avion ou pour y travailler (les emplois sont nombreux dans le secteur, le long de l’autoroute, entre le Grand-Saconnex et la Route de Meyrin), seront contraints d’effectuer un transbordement à Cornavin. Un transbordement avec des bagages il va sans dire pour ceux qui prendront l’avion.

    ceva,léman express,mobilité,transports publics,oct,schéma directeur réseau sur rail,genève-aéroport,cornavin,boucle de l'aéroport

    - 3 : « Schéma directeur du réseau sur rail » mis à l’enquête publique (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

     

    Il est encore temps d’infléchir les autorités cantonales pour les ramener à la raison puisque le Grand Conseil n’a pas encore été saisi de cet amendement législatif que constitue la modification du « Schéma directeur du réseau sur rail ». Il faut pour cela que les Genevois se mobilisent afin de défendre leurs intérêts pour une amélioration de leur quotidien dans leurs déplacements et en tant que contribuables puisque ce sont eux et leurs enfants qui finalement régleront l’addition.

     

    Les citoyens et contribuables genevois doivent reprendre leur destin en mains, se montrer plus proactifs et plus critiques à l’égard de leurs autorités et leur demander des comptes.

    Quant à la presse et aux médias, dont le silence est assourdissant sur ce sujet, quel rôle jouent-ils ?

     

    Pour aller plus loin, rejoignez-nous sur le site : http://www.gerer.ch

     

     

    Images 1 et 2 : Rodolphe Weibel / Paudex

    Image 3 : État de Genève DI - OCT

    [1] - « Journal de Genève » du 25 mai 1987

    [2] - https://www.ge.ch/document/mise-jour-du-schema-directeur-du-reseau-rail-enquete-publique/telecharger

    [3] - Voir le dossier ici : http://www.gerer.ch/reponse-schema-directeur-du-rail/