UA-65298158-1

Les transports de chlore via Genève, de nouveau au premier plan de l’actualité !

Un article publié hier sur le site de « 20Minutes », sous la plume de Léonard Boissonnas, repris dans la version papier de ce journal en date du 13 mai 2020, nous ramène à l’inquiétante réalité et aux incohérences du monde politique genevois. Lire l’article ici.

 

A la suite d’une étude récente qui chiffre pour la première fois le nombre de victimes que pourrait entraîner une catastrophe avec un wagon de chlore, ces transports de matières dangereuses par le rail reviennent au premier plan de l’actualité. On a raison de s’en inquiéter. C’est une préoccupation récurrente. On dénonce, on s’agite, mais concrètement que fait-on, à Genève par exemple, où on pourrait en limiter les risques, pour autant qu’on le veuille ?

 

Résumons brièvement la situation : ces trains en provenance de France, transitent par Genève pour rejoindre le Valais. La configuration du réseau ferroviaire les contraint de passer par Châtelaine, le quartier de Saint-Jean et la Gare Cornavin pour poursuivre en direction de Lausanne et le Valais. Ce faisant, ces convois dangereux empruntent un itinéraire densément peuplé.

 

Le risque zéro n’existant pas, l’impact sur la population d’une telle catastrophe pourrait cependant être réduit si un itinéraire ferroviaire raccourci permettait d’éviter ces quartiers densément peuplés.

Boucle 17012020.png

« Boucle de l’Aéroport » - En rouge, l’itinéraire raccourci permettant d’éviter les zones densément peuplées

 

La solution existe, c’est le concept connu sous le nom de « Boucle ferroviaire de l’Aéroport » qui fait l’objet d’un projet de loi initié en mai 2019 par le regretté Rolin Wavre. Ce projet de loi (PL 12525), actuellement devant le Grand Conseil, demande qu’on l’étudie. Le concept est connu depuis de longues années par nos autorités cantonales qui refusent cependant de l’étudier. Il est snobé par dogme par ceux-là mêmes qui dénoncent aujourd’hui comme hier, les risques liés à ces transports de chlore : les Verts, l’ATE et le PS.

 

Produire le chlore sur place, bien sûr que ce serait souhaitable, mais soyons réalistes et pragmatiques, on s’adresse ici à un autre cadre juridique : la liberté de commerce et ici Genève ne peut pas faire cavalier seul. Cela risque donc de prendre du temps et d’ici là ces transports de chlore continueront de menacer la sécurité des habitants de Saint-Jean, des Grottes et de Sécheron.

 

Il y a bientôt 3 ans, le 1er juillet 2017, je publiais un billet traitant exactement du même sujet, (lire ici). Je viens de le relire. C’est avec tristesse que je constate qu’il n’a pas pris une seule ride. Je suis consterné qu'il conserve toute son actualité, car rien, absolument rien n'a changé, à part les personnalités politiques, Luc Barthassat et Anne Mahrer ayant simplement dû laisser leur place à d’autres qui reprennent exactement le même couplet. Jusqu’à quand ?

 

Pour aller plus loin :

http://www.gerer.ch

https://reveriesduncitoyenordinaire.blog.tdg.ch/archive/2017/07/01/transports-de-chlore-par-le-rail-les-incoherences-du-monde-p-284933.html

https://www.20min.ch/fr/story/des-centaines-de-morts-en-cas-daccident-avec-du-chlore-517220583445

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel