UA-65298158-1

infrastructure ferroviaire

  • Boucle ferroviaire de l'Aéroport : Cherchons la vérité

    Article rédigé par M. Pierre-André Bobillier, Président de l'Association "Genève Route et Rail".
    Le Projet de loi 12525 actuellement en débat au GC, demande une étude afin de tout mettre sur la table, au grand jour et que les électeurs puissent s'exprimer.
    La commission des Travaux n'en veut pas malgré la nécessité, pour décider des 20 prochaines années engageant des milliards, d'informer ouvertement le public.
    Le refus signifierait qu'une série de dépenses de près de 5 milliards pourraient suivre sans approbation de la population et sans comparaison préalable avec d'autres solutions.
    Effrayés par le projet de cette Boucle de l'Aéroport défendu par l'association Genève Route et Rail, l'OCT a relancé des critiques, toujours les mêmes depuis 2016, dénonçant le projet comme incompatible avec l'horaire cadencé, aux coûts très largement sous-évalués, multiples problèmes techniques, etc. Autant de rumeurs qui circulent depuis trop longtemps mais que notre ministre de la mobilité connaît bien. S'y ajoute l'affirmation fallacieuse selon laquelle le projet aurait été étudié, ce qui n'est pas le cas. Autre rumeur : perte de la manne fédérale que Genève devrait endosser si le projet de l'administration devait être remis en question : pure hypothèse répandue par notre ministre sans confirmation de l'administration fédérale. Il est raisonnable de penser que l'OFT comprendrait la situation et accepterait de modifier l'allocation des fonds budgetés, puisque permettant d'éviter une dépense inutile de milliards de francs tout en, répondant totalement à la situation actuelle.

    Tous les plans et les coûts détaillés des ouvrages de la Boucle figurent sur le site http://www.gerer.ch

    Sur le projet de l’État, rien de tel, aucun détail n'est publié.

    Il est temps que les 2 projets soient analysés sereinement et objectivement : Genève mérite le meilleur service de transport possible, dans un temps raisonnable et à un coût acceptable.
    Il n'est pas raisonnable ni conforme à une bonne gestion de l’argent public que de réaliser un ouvrage à l’horizon 2045 et pour 5 milliards, contre une alternative pour 1 milliard réalisable en dix ans. La population genevoise doit pouvoir s'exprimer sur cet important sujet, des milliards potentiellement inutiles sont en jeu.
    Et nos députés exigeront sûrement cette analyse avant d'engager les prochaines 20 années.
    Auteur : Pierre-André Bobillier, Président de l'Association "Genève Route et Rail", Genève 15.6.2020

     

  • Réponse à Thomas Wenger

    Le 13 mai dernier, la Tribune de Genève a publié un débat « face-à-face » entre Rodolphe Weibel, concepteur de la « Boucle de l’Aéroport », solution alternative à l’extension de la gare Cornavin, et Thomas Wenger, député socialiste, par ailleurs membre du Comité de l’ATE-Genève. Relire le débat ici :

    2020.05.13 TdG Faceàface Wenger Wl.pdf

    Dans son article Thomas Wenger conteste le projet de loi « PL 12525 » rédigé par feu le député Rolin Wavre (PLR), qui demande que le projet de la « Boucle de l’Aéroport » fasse l’objet d’une étude. Rappelons que l’extension de la gare Cornavin est un méga projet -- de génie civil avant tout --, qui bouleversera une bonne partie de la Rive Droite pendant une vingtaine d’années pour un enjeu financier de 5 milliards de francs, soit plus de trois fois le coût initial du CEVA (1,6 milliard). Le projet alternatif de la « Boucle » permet quant à lui de résoudre le problème en six ans seulement, en proposant de faire mieux pour 4 à 5 fois moins cher, sans aucun travaux à Cornavin, sans mettre sens dessus dessous le centre ville.

    Il nous paraît donc élémentaire qu’on se penche sérieusement sur la question puisqu’on parle ici d’enjeux fondamentaux en termes de mobilité et de finances publiques, alors que l’avenir économique est pavé d’incertitudes. Le peuple genevois n’ayant quant à lui jamais été consulté.

    Ce qui m’a particulièrement choqué dans les propos de Thomas Wenger, c’est sa conception de la démocratie. J’en ai été consterné !

    J’ai donc souhaité réagir à son article par le biais d’une lettre de lecteur envoyée le 16 mai dernier à la Tribune de Genève. La Tribune n’a pas publié ma lettre. La voici :

    >>>>>                      <<<<<

    Réponse à Thomas Wenger

    Dans un billet publié le 13 mai dernier dans la rubrique « L’invité » de la TdG, sous le titre « Ne déraillons pas en gare de Genève ! », Thomas Wenger conclut sa diatribe par ces mots :

    « Accepter ce crédit d’étude équivaudrait donc à renoncer à l’extension souterraine de la gare Cornavin et à plus d’un milliard de la Confédération, ce serait totalement insensé et irresponsable. »

    Un crédit d'étude est précisément destiné à démontrer la faisabilité ou non d'un projet en tenant compte d'un ensemble de paramètres. Refuser un crédit d'étude c'est se conforter dans l'ignorance :

    « S'accommoder de l'ignorance, c'est renier la démocratie, c'est la réduire à un simulacre. »

    (Amin Maalouf dans "Le Dérèglement du monde: Quand nos civilisations s'épuisent (2009)".

    Selon Thomas Wenger, il serait donc totalement insensé et irresponsable de connaître la pertinence et la faisabilité d'un projet d'infrastructure ferroviaire. Mieux vaut selon lui,  se mettre la tête dans le sable et renier l'exercice de la démocratie !

    La posture de Thomas Wenger trahit la faiblesse de l’argumentation de ceux qui craignent la transparence. L’opacité n’a rien à faire en démocratie !

    Qu’ont donc à craindre le Conseil d’Etat et certains députés d’une étude indépendante concernant un projet d’infrastructure qui impactera l’avenir de la mobilité et les finances genevoises des dizaines d’années durant ?

    On parle ici d’une sarabande de chantiers qui bouleverseraient la Rive Droite durant une bonne vingtaine d’années pour un montant de l’ordre de 5 milliards !

    Les citoyens, qui sont aussi contribuables, demandent que toute la transparence soit faite, eux qui n’ont jamais été consultés sur ce projet.

  • Les transports de chlore via Genève, de nouveau au premier plan de l’actualité !

    Un article publié hier sur le site de « 20Minutes », sous la plume de Léonard Boissonnas, repris dans la version papier de ce journal en date du 13 mai 2020, nous ramène à l’inquiétante réalité et aux incohérences du monde politique genevois. Lire l’article ici.

     

    A la suite d’une étude récente qui chiffre pour la première fois le nombre de victimes que pourrait entraîner une catastrophe avec un wagon de chlore, ces transports de matières dangereuses par le rail reviennent au premier plan de l’actualité. On a raison de s’en inquiéter. C’est une préoccupation récurrente. On dénonce, on s’agite, mais concrètement que fait-on, à Genève par exemple, où on pourrait en limiter les risques, pour autant qu’on le veuille ?

     

    Résumons brièvement la situation : ces trains en provenance de France, transitent par Genève pour rejoindre le Valais. La configuration du réseau ferroviaire les contraint de passer par Châtelaine, le quartier de Saint-Jean et la Gare Cornavin pour poursuivre en direction de Lausanne et le Valais. Ce faisant, ces convois dangereux empruntent un itinéraire densément peuplé.

     

    Le risque zéro n’existant pas, l’impact sur la population d’une telle catastrophe pourrait cependant être réduit si un itinéraire ferroviaire raccourci permettait d’éviter ces quartiers densément peuplés.

    Boucle 17012020.png

    « Boucle de l’Aéroport » - En rouge, l’itinéraire raccourci permettant d’éviter les zones densément peuplées

     

    La solution existe, c’est le concept connu sous le nom de « Boucle ferroviaire de l’Aéroport » qui fait l’objet d’un projet de loi initié en mai 2019 par le regretté Rolin Wavre. Ce projet de loi (PL 12525), actuellement devant le Grand Conseil, demande qu’on l’étudie. Le concept est connu depuis de longues années par nos autorités cantonales qui refusent cependant de l’étudier. Il est snobé par dogme par ceux-là mêmes qui dénoncent aujourd’hui comme hier, les risques liés à ces transports de chlore : les Verts, l’ATE et le PS.

     

    Produire le chlore sur place, bien sûr que ce serait souhaitable, mais soyons réalistes et pragmatiques, on s’adresse ici à un autre cadre juridique : la liberté de commerce et ici Genève ne peut pas faire cavalier seul. Cela risque donc de prendre du temps et d’ici là ces transports de chlore continueront de menacer la sécurité des habitants de Saint-Jean, des Grottes et de Sécheron.

     

    Il y a bientôt 3 ans, le 1er juillet 2017, je publiais un billet traitant exactement du même sujet, (lire ici). Je viens de le relire. C’est avec tristesse que je constate qu’il n’a pas pris une seule ride. Je suis consterné qu'il conserve toute son actualité, car rien, absolument rien n'a changé, à part les personnalités politiques, Luc Barthassat et Anne Mahrer ayant simplement dû laisser leur place à d’autres qui reprennent exactement le même couplet. Jusqu’à quand ?

     

    Pour aller plus loin :

    http://www.gerer.ch

    https://reveriesduncitoyenordinaire.blog.tdg.ch/archive/2017/07/01/transports-de-chlore-par-le-rail-les-incoherences-du-monde-p-284933.html

    https://www.20min.ch/fr/story/des-centaines-de-morts-en-cas-daccident-avec-du-chlore-517220583445

  • L’infrastructure ferroviaire est-elle de gauche ou de droite ?

    Deux très importants projets de loi sont actuellement déposés au Grand Conseil. Ils impacteront très profondément la mobilité et les finances publiques du Canton. Ces deux projets de loi concernent l’infrastructure ferroviaire qui doit être adaptée à la croissance du trafic attendu d’ici à 2040 - 2045.

     

    L’un d’eux déposé par le député, feu le regretté Rolin Wavre et consorts, demande qu’un crédit soit alloué à l’étude de la « Boucle ferroviaire », projet qui consiste à rendre traversante la gare de « Genève-Aéroport », actuellement en cul-de-sac, pour la raccorder à la ligne Genève – Lausanne à la hauteur de Genthod-Bellevue, pour former une boucle.

    genève,mobilité,transport public,rail,infrastructure ferroviaire,investissements publics,finances publiques

    L’autre projet de loi, rédigé par le Conseil d’Etat, entend faire modifier la loi sur le réseau des transports publics qui intègre le « Schéma directeur du réseau sur rail », lequel a été soumis à une enquête publique en janvier 2019, mais dont les résultats n’ont jamais été publiés.

    Le projet de loi déposé par Rolin Wavre le 21 mai 2019 (PL 12525), dont la « Commission des travaux » chargée de le traiter vient d’en refuser l’entrée en matière, sera évoqué devant le Grand Conseil lors de la session plénière des 11 et 12 mai prochains. Le rapport de cette Commission a été déposé le 27 avril dernier. Il peut être consulté ici : PL 12525-A. Il expose les points de vue de la majorité et de la minorité et décrit les auditions qui ont été menées.

    Le projet de loi du Conseil d’Etat tendant à faire avaliser le « Schéma directeur du réseau sur rail » est quant à lui actuellement déposé devant la « Commission des travaux » et peut être consulté ici : PL 12553.

    Les deux projets de loi s’opposent sur la démarche démocratique à appliquer pour aboutir à l’adoption d’un concept d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire cantonale.

    La logique voudrait que les deux projets fassent l’objet d’un traitement conjoint devant le Grand Conseil.

    Tandis que celui déposé par Rolin Wavre et consorts demande de faire étudier le projet originel qui prévalait lors de la construction de la gare de Genève-Aéroport et de la ligne qui la raccorde à Cornavin, dans les années 1980, celui du Conseil d’Etat souhaite quant à lui s’affranchir d’une telle étude pour faire avaliser un concept qui n’a fait l’objet d’aucun débat démocratique, alors que sa mise en œuvre impacterait profondément et pendant une vingtaine d’années l’espace urbain autour de Cornavin, pour un montant de quelque 5 milliards de francs.

    Si le peuple genevois a pu se prononcer sur le CEVA (Léman Express) en novembre 2009, projet dont le coût se montait alors à 1,6 milliards de francs, qu’il a accepté par 61% des voix, il n’a en revanche jamais eu l’occasion de s’exprimer sur le concept ferroviaire qui fait débat aujourd’hui, dont l’enjeu financier est trois fois plus important à hauteur de 4,7 milliards.

    Pourquoi le Conseil d’Etat s’oppose-t-il à une étude de la « Boucle de l’Aéroport », une étude qui n’a jamais été menée ? Qu’a-t-il à craindre d’une telle étude ? Quand bien même cette étude devait démontrer que ce concept de « Boucle » qui prétend pouvoir faire mieux pour 5 fois moins cher est inadapté, au moins pourrait-on parler de transparence. Les citoyens qui sont aussi des contribuables se préoccupent du bon usage de l’argent public et attendent des réponses.

    Aujourd’hui on se contente de répandre des rumeurs sur le concept de la « Boucle », des rumeurs jamais étayées par des faits. On juge sans même se donner la peine d’étudier. On affirme. On proclame des dogmes. Tout y passe, des coûts prétendument sous-estimés, des incompatibilités avec l’exploitation des CFF, l’inadéquation avec l’offre de service attendue des voyageurs, etc.

    On entend même dire qu’il faudrait rejeter le projet de loi qui demande d’étudier la « Boucle » parce qu’il serait de « droite » ! Posons la question : un concept d’infrastructure ferroviaire est-il de gauche ou de droite ? A vouloir politiser un tel objet on se noie dans le dogme. On sort de la politique pour entrer dans la chasse aux sorcières.

    Et puis, faut-il qu’un projet d’infrastructure coûte 5 fois plus cher pour en asseoir la crédibilité ?

    Comment les CFF, gestionnaires du réseau ferroviaire, peuvent-ils être à la fois juge et partie dans un débat qui relève de la démocratie ? Comment ces mêmes CFF peuvent-ils remettre en question des coûts d’ouvrages calculés par un ingénieur en génie civil diplômé de l’EPFL, sans aucune preuve, sans même faire la démonstration de leurs affirmations ?

    Autant de questions restées sans réponses et qui font douter du fonctionnement démocratique de nos institutions. Le monde politique genevois doit se ressaisir.

  • Et si les autorités s’occupaient davantage de la mobilité des Genevois ?

    Empêtrés dans les scandales qui frappent actuellement bon nombre de leurs élus égarés dans les pétromonarchies du Golfe et ailleurs, là où tout est possible, sauf le bon sens, la mesure et la raison, les partis politiques genevois, toutes tendances confondues, seraient bien inspirés de reprendre la main et de se préoccuper des problèmes des habitants de ce canton qui ne voient pas de perspectives plausibles à leurs problèmes de mobilité.

     

    La presque coïncidence de deux événements récents vient nous rappeler qu’en matière de transport public, nos autorités ont singulièrement manqué de vision au cours de ces dernières années.

     

    En effet, le 14 novembre dernier, par le truchement d’un communiqué de presse, la Confédération nous informait de l’adoption de la « Fiche PSIA de l’aéroport de Genève » par le Conseil fédéral (voir ici). Rappelons que celle-ci définit d'une part le cadre de l'exploitation et du développement des infrastructures à l'horizon 2030 et garantit d'autre part la cohérence avec le plan directeur cantonal genevois. L'objectif est de permettre à l'aéroport d'assurer en toute sécurité sa mission au service des intérêts nationaux. Pour le détail, voir mon billet précédent [1].

     

    Par ailleurs, les CFF viennent de publier le nouvel horaire 2019 [2], applicable dès le 9 décembre prochain, et ses principales nouveautés. S’agissant de Genève, on y apprend que le premier tronçon du « Léman Express » sera mis en exploitation dès ce 9 décembre 2018 sur le tronçon Lancy-Pont-Rouge – Cornavin – Coppet, avec un cadencement à 15 minutes en semaine.

    On sait par la presse que le  « Léman Express », le futur RER transfrontalier, reliera à partir de décembre 2019, 45 gares suisses et françaises dans un rayon de 60 kilomètres autour de l'agglomération genevoise. Il se déploiera sur 230 kilomètres de lignes.

     

    On se dit fort bien, youpi, toutefois bien peu de Genevois sont conscients que parmi les 45 gares qu’il est question de relier par le « Léman Express », la seconde gare en importance du canton, celle de « Genève-Aéroport », n’en fera pas partie. Oui vous avez bien lu : « Genève-Aéroport » ne sera pas desservie par le « Léman Express » !

    En cause ici, sa capacité d’accueil insuffisante. En effet, dans la configuration actuelle du réseau ferroviaire genevois, « Genève-Aéroport », gare en impasse, ne peut accueillir plus de 8 trains par heure, ce qui en exclut d’emblée sa desserte par le « Léman-Express ».

    Le « Plan directeur cantonal 2030 » promet bien d’augmenter la capacité de « Genève-Aéroport », oui mais à quel prix et dans quel délai ? Ce plan directeur prévoit une nouvelle ligne appelée « Raquette ». Elle relierait Cornavin à Meyrin en passant par la Place des Nations, puis sous l’aéroport où une nouvelle gare serait aménagée en dessous de l’actuelle. Mais ne soyons pas trop pressés, ce ne sera pas avant 2040, au plus tôt, ni trop économes car les coûts s’annoncent d’ores et déjà salés. Ils étaient évalués à quelques 3 milliards en 2015 [3]. Or plus de vingt ans c’est long et l’addition risque fort d’être beaucoup plus élevée, alors que rien encore n’a été décidé concernant le financement.

     

    Pour en revenir à cette « Fiche PSIA » dont il est question plus haut, la fréquentation annuelle de l’aéroport passera de 17, 2 millions (chiffre 2017) à quelques 25 millions de passagers d’ici à 2030, soit 70'000 par jour.

    La « Fiche PSIA » désormais adoptée, traite de l’accessibilité terrestre de l’aéroport mais confirme qu’aucune amélioration substantielle de sa desserte ferroviaire n’est prévue d’ici à cette date. Ce qui signifie que la croissance du nombre de passagers ne sera pas accompagnée de mesures tendant à simplifier la vie des voyageurs et à contenir le trafic routier dans le secteur. Ceux qui emprunteront le « Léman-Express » pour se rendre à l’aéroport se verront imposer un transbordement à Cornavin. On conviendra que pour ceux dont l’intention est de prendre l’avion, forcément avec des bagages, on a connu plus pratique.

     

    L’association « Genève Route et Rail » s’est émue de cette situation en rappelant, une fois de plus, qu’une solution existe, qui plus est, simple, rapide à réaliser et économique, ceci pour un montant de quelques 740 millions CHF. Il y a une année « Genève Route et Rail » a pris position lors de la mise à l’enquête publique de la « Fiche PSIA » en déposant un dossier auprès de l’OFAC (Office fédéral de l’aviation civile) avec sa proposition (voir ici). Cette proposition consiste à rendre la gare de « Genève-Aéroport » traversante en la reliant directement à la ligne Genève-Lausanne à la hauteur de Genthod-Bellevue. Cette modeste modification de la configuration ferroviaire, prévue d’ailleurs dans les années 1980 lors de la conception du raccordement ferroviaire de l’Aéroport, permet de réduire de moitié le trafic entre Cornavin et Genève-Aéroport et de tripler la capacité de cette gare sans l’agrandir. La capacité serait ainsi portée à 24 trains à l’heure, ce qui permettrait aisément d’y accueillir le « Léman Express ».

     

    2015.12.30 boucle Genève Route et Rail.jpg

     

    Cette proposition est brièvement résumée dans les annexes du « Rapport explicatif et rapport d’examen [4]» rendu public le 14 novembre dernier par l’OFAC, rapport consultable ici.

     

    Les partis politiques genevois seraient bien inspirés de rappeler à leurs élus de se focaliser davantage et rapidement sur les problèmes de mobilité autour de la Rade de Genève plutôt que de s’égarer dans les pétromonarchies du Golfe.

     

    Pour aller plus loin :

    Site de l’Association « Genève Route et Rail » : http://www.gerer.ch/

     

    [1] https://reveriesduncitoyenordinaire.blog.tdg.ch/archive/2017/12/11/perspectives-2030-quel-avenir-pour-geneve-aeroport-288346.html

    [2] https://www.sbb.ch/fr/horaire/informations-sur-lhoraire/fahrplanwechsel/suisse-romande.htmlhttps://www.sbb.ch/fr/horaire/informations-sur-lhoraire/fahrplanwechsel/suisse-romande.html

    [3] Montant de le seconde extension de Cornavin, de la « Raquette » et de la seconde gare de « Genève-Aéroport »

    [4] « Plan sectoriel de l'infrastructure aéronautique (PSIA) - Partie IIIC Fiche d’objet Aéroport de Genève avec rapport explicatif et rapport d'examen »

     

  • Perspectives 2030 : quel avenir pour Genève Aéroport ?

    Le 30 novembre dernier, le Conseil d’Etat avait organisé une séance d’information publique intitulée « Perspectives 2030 : quel avenir pour Genève Aéroport ». La présentation était destinée à informer la population sur le « Plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique », abrégé « PSIA », un instrument de planification et de coordination de la Confédération pour l’aviation civile. C’est en effet à la Confédération, plus précisément à l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC), qu’il incombe d’établir cette planification et de coordonner l’ensemble des tenants et aboutissants relatifs aux aéroports et aérodromes de Suisse. A cette fin, l’OFAC établit des « fiches » spécifiques à chaque aéroport qui sont ensuite mises en consultation publique. C’est le cas actuellement pour l’aéroport de Genève dont la fiche « PSIA » est en consultation jusqu’au 8 janvier 2018.

    aéroport de genève,desserte ferroviaire,infrastructure ferroviaire,consultations publiques,transports publics,genève route et rail,ofac,oft,barthassat,développement durable

     

    Cette présentation a eu lieu devant un parterre d’une bonne centaine de personnes, des riverains de l’aéroport pour la plupart, ainsi que de personnalités politiques locales. Elle était menée par les Conseillers d’Etat MM. Pierre Maudet, Antonio Hodgers et Luc Barthassat, le Directeur général de l’aéroport, M. André Schneider et un représentant de l’OFAC. La presse et les médias ont été étrangement silencieux pour rapporter sur cet événement …

     

    La fiche « PSIA » décrit les exigences et objectifs généraux spécifiques à l’aéroport. Elle en détermine notamment le périmètre, les nuisances limites (pollutions sonores et atmosphériques) et son accessibilité terrestre.

     

    Accessibilité terrestre de l’Aéroport

     

    Pour s’en tenir uniquement à l’accessibilité terrestre de l’aéroport, on peut lire en page 23 de la fiche « PSIA » de Genève, à la rubrique « Accessibilité terrestre de l’aéroport » : « Confédération, Canton et exploitant coordonnent les projets et œuvrent chacun dans leur domaine de compétence afin de garantir sur le long terme une accessibilité fiable, sûre, confortable et en capacités suffisantes à l’aéroport.

    L’objectif est de réduire la part des déplacements effectués au moyen des transports individuels motorisés par rapport à l’ensemble du trafic terrestre au départ ou à destination de l’aéroport. »

     

    On ne peut que se réjouir de lire que l’objectif est de réduire la part des déplacements effectués au moyen des transports individuels motorisés, d’autant plus qu’on lit plus loin que : « Les objectifs à atteindre en termes de parts modales à l’horizon 2030 sont les suivants : 58 % des passagers utilisant les transports publics et 44 % des employés de l’aéroport utilisant les transports publics, les modes doux et le covoiturage. L’atteinte de ces objectifs est conditionnée à l’amélioration de l’accessibilité de l’aéroport par les transports publics. »

     

    Il faut pourtant rapidement et malheureusement déchanter lorsqu’on découvre : « qu’il est question d’améliorer l’accessibilité au site aéroportuaire par train (Léman-Express) avec transbordement à Cornavin. »

     

    Mais pourquoi donc imposer un transbordement à Cornavin ? Tout simplement parce que le « Plan directeur cantonal 2030 » du Conseil d’Etat fait abstraction de l’énorme potentiel de « Genève-Aéroport » en refusant obstinément de raccorder cette gare à la ligne Genève – Lausanne, à la hauteur de Genthod-Bellevue dans son concept.

     

    La gare de « Genève-Aéroport » mise en exploitation en 1987 est en impasse. Cette configuration limite sa capacité à 8 trains par heure, comme elle limite également la capacité de la gare Cornavin elle-même, ainsi que celle de l’ensemble du tronçon entre ces deux gares. Du fait de cette limitation et de la configuration du réseau ferroviaire lui-même, « Genève-Aéroport » ne peut pas accueillir actuellement de trains régionaux et le CEVA (Léman-Express)» ne pourra pas non plus la desservir. C’est une aberration et un handicap majeur pour la desserte et l’attractivité de l’Aéroport, alors que sa gare, lors de sa conception dans les années 1980, n’était pas destinée à rester en impasse, mais à devenir une gare traversante par le biais de son raccordement à la ligne Genève – Lausanne. Tout a été prévu pour qu’elle le devienne et pour ceux qui souhaitent s’en convaincre, il leur suffit d’emprunter le parking CFF, situé à l’extrémité est du site. Sa route d’accès passe sous la « Halle 6 » de Palexpo, elle-même soutenue par de grands piliers. Ce concept architectural de la « Halle 6 » constitue la réserve des emplacements et du volume requis pour réaliser le raccordement ferroviaire de « Genève-Aéroport » à la ligne Genève – Lausanne.

     

    En raccordant la gare de « Genève-Aéroport » à la ligne Genève – Lausanne, on peut en tripler la capacité en la portant à 24 trains par heure et y accueillir ainsi tous les trains régionaux, y compris le « Léman-Express ».

     

    Le Conseil d’Etat actuel renie les objectifs originels qui prévalaient il y a trente ans et péjore ainsi inutilement, à la fois l’attractivité des transports publics, l’économie genevoise et par le biais de l’aberrant concept de son « Plan directeur cantonal 2030 », les finances publiques elles-mêmes.

     

    Cette obstination de nos autorités genevoises est d’autant plus aberrante, qu’actuellement deux autres consultations publiques relatives à la desserte ferroviaire genevoise font l’objet de l’actualité, pour peu qu’on veuille bien s’y intéresser et qu’on souhaite l’améliorer. En effet, en février 2017, l’Office fédéral des transports (OFT), instance chargée du développement et de la planification des infrastructures ferroviaires, a mis en consultation le « Plan stratégique du trafic ferroviaire grandes lignes (TGL) ». Or que lit-on dans le message qui accompagne cette consultation publique. Extrait : « A l’aide des principes et critères fixés sur la base du Projet de territoire Suisse, la Confédération entend s’assurer que le TGL [Trafic grandes lignes] soutienne le développement territorial polycentrique de la Suisse. Les centres d’ordre supérieur doivent être reliés entre eux et aux aéroports nationaux. »

     

    Une autre consultation publique, encore plus actuelle celle-là, est « l’Etape d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire 2030/35 (EA 2030/35) » qui court jusqu’au 15 janvier 2018. En lisant le rapport relatif à cette étape d’aménagement, on relève en page 9, dans la rubrique « Déclarations de la stratégie à long terme Rail pour le transport de voyageurs et de marchandises » :

    « Améliorer la desserte des régions de montagne et touristiques: afin de renforcer l’attrait touristique de la Suisse, les lieux les plus visités bénéficient de liaisons attrayantes vers les grands centres, les centres régionaux et les aéroports nationaux. Des liaisons directes internationales sont envisagées. »

     

    Toujours à propos de la même consultation publique qui porte également sur le transport des marchandises, on se permettra de rappeler une réalité, à redécouvrir ici !

     

    Toutes ces consultations publiques majeures pour la desserte ferroviaire de l’Aéroport et de manière générale, de l’avenir économique de Genève, ainsi que de l’amélioration de l’offre de transport public, semblent laisser de marbre aussi bien nos autorités que la presse locale, lesquelles préfèrent s’intéresser à l’hypothétique et incertain transport urbain par câble entre Bardonnex et l’Aéroport. Voir ici.

     

    L’Aéroport en chiffres – Rappel

     

    Le potentiel économique de l’Aéroport pour Genève et sa région n’est pas à démontrer, on peut toutefois rappeler quelques chiffres (source : Aéroport de Genève)

    Nombre de passagers en 2016 : 16,5 millions. Croissance attendue pour 2017 : + 5,2 %

    Nombre de passagers planifiés pour 2030 : 25 millions soit ~ 70'000 par jour.

    47% des passagers de Genève Aéroport résident en Suisse romande ou en France voisine.

    Nombre d’employés par l’établissement public autonome « Genève Aéroport » : ~ 1000

    L’aéroport génère près de 44'000 emplois et réunit plus de 300 métiers différents (chiffres de 2015)

    Lieu de vie avec plus de 80 commerces, prestataires de services et restaurants ouverts 7 jours sur 7.

     

    A cela s’ajoutent les nombreuses activités économiques et humaines sises dans le périmètre situé entre les Routes de Ferney et de Vernier, le long de l’autoroute, notamment Palexpo, Arena, ICC, WTC, etc. Le personnel en activité sur ces sites et les visiteurs qui les fréquentent sont autant d’utilisateurs potentiels pour le train.

     

    Autre développement économique potentiel attendu dans le secteur.

    Une motion parlementaire déposée en 2011 (M 1863) demandait la création d’une nouvelle zone industrielle à Colovrex, à l’est de l’Aéroport, sur des terrains impropres à l’habitat du fait des nuisances sonores dues aux activités aéroportuaires. Cette motion issue d’une étude d’organisation du territoire menée par l’architecte M. Charles Pictet, suggérait de recycler tout ou partie des  terrains occupés par les activités industrielles et artisanales actuellement sises sur le « PAV » (Praille – Acacias – Vernets) au profit de l’habitat. Ces activités industrielles et artisanales seraient déplacées sur le site de Colovrex, lui-même desservi par un faisceau de voies ferrées raccordé à la ligne ferroviaire Genève – Lausanne.

    Il en va de même des Ports-Francs qui pourraient y trouver un emplacement idéal avec une desserte aéroportuaire, ferroviaire et autoroutière.

     

    Conclusion

     

    L’avenir de l’Aéroport de Genève passe par l’amélioration de sa desserte ferroviaire, seule à même d’assurer son attractivité et sa cohabitation apaisée avec les riverains qui ne souffrent pas uniquement que du trafic aérien.

    A cet égard, le raccordement ferroviaire de sa gare à la ligne ferroviaire Genève – Lausanne constitue une solution raisonnable, économique et empreinte de bon sens. La seule qui vaille !

     

    La solution est simple et rapide à réaliser. Soigneusement étudiée et chiffrée par M. Rodolphe Weibel, ingénieur en génie civil EPFL, cette solution ne coûterait que 740 millions de francs, réalisable rapidement dans une zone non urbanisée.

     

    4150698909.jpg

    Pour aller plus loin :

    Site de l’Association « Genève Route et Rail » : http://www.gerer.ch/

    Rejoignez-nous !